Nathalie Vialla

Nathamaelle L’atelier de Nathamaelle

#Maroquinière
#Artisanat
#Créations
Entrer en contact

QUI ?
Hier infirmière, aujourd’hui j’ai choisi de devenir maroquinière. Dans les deux cas, une même vocation : celle du toucher, de la sensibilité à l’Autre et un intérêt pour le geste artisanal créatif qui prend soin de l’être.

« Happycultrice », utopiste assumée, créatrice : « Je fais ma part », comme dit le colibri, dans la légende amérindienne.

Mon slogan : Me lever chaque matin de « bonheur » pour créer du beau, parce que c’est bon pour l’humain.

QUOI ?

Du sac à main à la ceinture, du porte-carte au porte-monnaie, de la barrette au serre-tête, du nœud papillon au bracelet, de la trousse à crayons à la trousse de toilette, de la pochette au sac week-end … Le champ des possibles est infini et passionnant. Seul le temps manque d’élasticité pour réaliser toutes mes envies.

QUI ?
Hier infirmière, aujourd’hui j’ai choisi de devenir maroquinière. Dans les deux cas, une même vocation : celle du toucher, de la sensibilité à l’Autre et un intérêt pour le geste artisanal créatif qui prend soin de l’être.

« Happycultrice », utopiste assumée, créatrice : « Je fais ma part », comme dit le colibri, dans la légende amérindienne.

Mon slogan : Me lever chaque matin de « bonheur » pour créer du beau, parce que c’est bon pour l’humain.

COMMENT ?

Artisane maroquinière, un savoir-faire ancestral et traditionnel que j’ai appris « par le cœur », pour des créations uniques ou en très petite série.

Chacune a sa petite musique et raconte son histoire, révélée dans le choix du cuir, des accessoires, du mélange des matières, des lignes, d’une personnalisation à la demande.

Le cuir m’a pris par la main, sa sensualité m’inspire. Il suppose exigence, minutie et précision du geste. Il est vivant et mérite respect et attention.

L’atelier de Nathamaëlle fait danser les couleurs avec une noisette de fantaisie. J’ose, je respire, je me trompe, je recommence, je réussis, je médite, je prends du recul, j’écoute mon intuition.

Une autre réalité du métier : se lancer, gérer, communiquer, grandir, croire en soi, continuer à se former, tester et rejoindre un collectif (Graines de sol, coopérative d’activités), parce qu’à plusieurs on est meilleur.

 

J’aime entrer en reliance avec vous, relever le défi du sac rêvé. Il s’agit parfois d’une co-création, un mélange harmonieux de souhaits et de faisabilité artisane. La recherche de cette alchimie est l’essence de mon métier.

Le cuir m'a dit : « Viens je t’emmène »

… Il m'a pris par la main,
… Je l'ai appris par le cœur .

Entre votre projet et un savoir-faire artisanal traditionnel : nos histoires mélangées, pour un objet de maroquinerie française, unique et durable.